[Cinema] Enfance Adieu!

Il faut vraiment que je m’active, parce que voyez vous mon esprit est en r’tard en r’tard toujours en r’tard comme cette salope de lapin blanc (bénis sois tu si tu comprends la véritable référence) ! Les mots défilent à une vitesse, les idées s’entremêlent, les pensées s’évadent et j’entends tellement de choses que je ne sais pas si j’arriverais à tout vous raconter ! Voyez je n’arrive déjà plus à rester concentré!

Une fois n’est pas coutume, hier je suis encore allé me casser le dos sur mes fauteuils préférés. Non mais c’est vrai j’adore ces fauteuils rouges et moelleux recouverts des miasmes des dizaines de parisiens qui viennent y reposer leur capital fessier, mais honnêtement il me déchiquète le dos … C’est un supplice à chaque fois. Breef si vous êtes un peu lent du cervelet ou dépourvu de toute imagination, je suis allé au cinéma. 風立ちぬ (Kaze Taichinu), Le vent se lève.

Pour se mettre correctement dans l’ambiance, je vous propose d’écouter ceci. En fait cela me semble tout à fait indispensable. Le vent se lève, de sa superbe traduction française, est le dernier bébé des studios Ghibli né de la énième collaboration entre Miyazaki Hayao et Hisaishi Joe. C’est surtout et avant tout le dernier film de Miyazaki, que je ne prendrais pas la peine de présenter. C’est toujours difficile d’avoir à faire à un “dernier” quelque chose n’est-il pas ? J’avais neuf ans quand j’ai vu mon premier Miyazaki : 千と千尋の神隠し, Sen to Chihiro no Kamikakushi (je refuse de traduire ce titre en français qui est simplement un véritable meurtre de la subtilité de la langue japonaise). Comme une révélation divine, Miyazaki m’a montré son grand pouvoir de sorcier des Landes. Rien n’est impossible à celui qui croit (Oui c’est dans la Bible, mais pas que). Reformulons cela voulez-vous “Tout est possible si tu en as envie” … Pour Miyazaki, tout est possible et Kaze Taichinu nous le prouve une fois encore. Pour faire court, c’est l’histoire d’un enfant qui voulait vivre de son rêve, c’est l’histoire d’un homme qui a vécu son rêve. Mais vivre et rêver sont deux entités à part entière et la réalité vient déformer les songes d’antan. Mais que diable, dans l’esprit japonais, la vie continue toujours! Kaze Taichinu c’est l’histoire de l’ingénieur en aéronautique qui a le plus marqué le Japon.

Parce que oui, la force de ce film c’est qu’il est encré dans l’histoire. Bien que romancer, il n’en reste pas moins une autobiographie de Horikoshi Jirō. Je n’ai pas envie de dire que c’est une histoire triste ou pas. C’est l’histoire d’une vie. Et dans une vie on peut être triste ou heureux, on peut avoir peur ou être fier. On ne peut pas réduire une vie si simplement. Au fond, c’est peut-être ça le message de Miyazaki. Comme je l’ai précédemment énoncé, il s’agit de sa dernière réalisation. Miyazaki-san a prit sa retraite et on ne peut pas résumer sa carrière en disant “Ses films sont tristes, ses films sont beaux…” etc Il y a eu des chefs d’oeuvres et des flops, des incontournables et des mouépourquoipasunlundisoirdefindumonde… Et de toute façon qui suis-je (et qui êtes vous) pour décider si oui ou non un film est réussis !?

Bon, j’ai grave envie de vous spoiler de partout, de vous cracher la fin à la gueule ! Mais voilà, la seule chose dont j’ai vraiment vraiment vraiment envie de parler, c’est de la qualité de l’animation. Je pense que je regardais des animes avant de savoir lire (d’ailleurs merci Captain Tsubasa de m’avoir apprit à lire, spécial cass’dédi bro) donc de l’animation j’en ai vu en veux-tu en voilà, j’en ai vomis des paillettes, je suis devenu complètement obnubilé par ça ! Et ce film est une pépite de l’animation ! On retrouve la patte miyazakienne, des clins d’oeil de partout, c’est magique, un saut dans mon enfance! Je n’ai pas les mots pour décrire ce que j’ai vu correctement. Je pouvais toucher l’herbe grasse qui ondulait au grès du vent, je voyais mon propre reflet dans les yeux des personnages, mon coeur se secouait au rythme du 関東大地震 (ouaaaiiiis j’aime bien vous mettre des kanjis de merde de partout!) … j’embrassais les mêmes lèvres sous le parasol. Allez voir ce film !

Bon, vous voulez savoir un secret … moi, la retraite de Miyazaki-san j’y crois autant que Johnny Hallyday annonçant son dernier concert au Stade de France … Il y a des gens comme ça, que seul le retour au royaume des esprits pourra réellement arrêter. Je vous laisse donc le choix de continuer à me lire ou pas. Mais là il en va de votre avenir …. C’est bon, vous êtes sûr ? Bon, puisqu’on est entre nous, voilà. Le retraite de Miyazaki-san, pour moi c’est du pipeau ! Et pour cause, ya eu deux trois phrases ci et là … « Hayao Miyazaki dessine actuellement un manga sur l’histoire des samouraïs. Mais je ne peux pas en dire plus sinon il ne va pas être content » dixit Suzuki Toshio (qui n’est autre que le fondateur de Ghibli) ou encore un petit « Il est toujours là, au studio. Je sais qu’il a dit qu’il était sérieux en annonçant sa retraite, mais je le connais depuis longtemps, alors ne soyez pas surpris s’il change d’avis » selon Isao Takahata (bon alors si lui tu le connais pas, réalisateur de 火垂るの墓, Le tombeau des lucioles et de 平成狸合戦ぽんぽこ, Pompoko, tu peux aller te pendre trois fois avec les testicules d’un tanuki, et oui, c’est possible!!!)… Franchement, je commence à me demander, depuis quand l’âge empêche t-il l’imagination d’exploser ?? Your sky, your limit ! GOOO MIYA-SAN !

Le Vent se lève (Kaze Tachinu) de Hayao Miyazaki

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s